Trois Belges sur quatre ne manquent aucun jour de travail

Le 27/09/2016.

Toujours présents ! Quelque 72 % des travailleurs européens sondés par le groupe de conseil en business performance Ayming déclarent qu’ils n’ont manqué aucun jour de travail durant l’année écoulée (hors congé de maternité). Les Belges se situent dans la moyenne, avec 71 %. Les Européens les plus présents sont les Britanniques (84 %) et les moins présents les Italiens (41 %).

Au sein de la Belgique, l’étude révèle une différence entre les francophones (61 % de "toujours présents") et les néerlandophones (77 %). Mais s’ils sont plus souvent absents, les francophones le sont pour de plus courtes durées. Ainsi 34 % des néerlandophones ont été absents plus d’un mois sur l’année écoulée, contre 18 % des francophones. "Dans l’étude, nous avons tenu à faire une distinction supplémentaire pour la Belgique, en comparant le Nord et le Sud du pays", explique Laurie Pilo, managing director de la filiale Benelux d’Ayming. "Dans les réponses, on voit bien que les francophones se rapprochent plus des pays latins, et les néerlandophones des modèles néerlandais et anglais."

L’étude révèle aussi une différence d’absentéisme selon le niveau hiérarchique. "Les ouvriers sont plus souvent absents que les employés et les cadres, mais cela tient sans doute aux contraintes physiques du travail", note Laurie Pilo qui constate une différence parmi le management : côté francophone 50 % des managers et 64 % des executive managers disent n’être jamais absents. Côté néerlandophone, c’est 100 % !

L’enquête s’est aussi intéressée aux raisons de l’absentéisme en Europe. Quelque 45 % des absences le sont pour des raisons personnelles (santé, famille,...) et 55 % pour des raisons professionnelles (ambiance de travail, surcharge, problème de rémunération…). "C’est important pour les DRH de connaître ces raisons pour pouvoir travailler dessus", estime Laurie Pilo, qui remarque cependant : "Le fait d’être toujours présent ne veut pas dire que le collaborateur est plus impliqué dans son travail. Inversement, on ne peut pas dire qu’un travailleur qui est souvent absent n’est pas motivé. Il peut être plus souvent absent mais mobilisé à 100 % quand il est au bureau. Le concept de l’assiduité au travail varie aussi d’un pays à l’autre. Dans certaines cultures, être chez soi ne signifie pas qu’on ne travaille pas ou qu’on n’est pas impliqué dans son travail."

 

Source: La Libre

Lire plus